Prêts d’ordinateurs aux collégien·ne·s : une démarche utile et durable

Sur proposition des élu-e-s du groupe « Communistes, insoumis et citoyens », le conseil département de la Seine-Saint-Denis prête des ordinateurs reconditionnés à des collégien·ne·s.

Lutter contre la fracture numérique aux côtés des familles et donner une deuxième vie au matériel informatique, tels sont les objectifs de l’opération de prêt d’ordinateurs reconditionnés aux collégien·ne·s de Seine-Saint-Denis lancée au collège Raymond-Poincaré à La Courneuve et dans 9 autres établissements de Seine-Saint-Denis. Nos 130 collèges en bénéficieront, à raison de 15 terminaux par établissement.

Avoir un ordinateur est devenu indispensable pour les collégiennes et les collégiens, que ce soit dans leurs apprentissages mais aussi pour le suivi de leur scolarité par leurs parents. C’est pourquoi le Département agit pour réduire les inégalités liées à l’accès à un équipement informatique.

En plus du soutien essentiel du « chèque réussite » de 200€ proposé aux élèves de 6ème et qui permet à leur famille de s’équiper, le Département expérimente cette année un nouveau dispositif de prêts d’ordinateurs dans plusieurs établissements, comme au collège Raymond Poincaré à La Courneuve. Nous nous y sommes rendu·e·s ce jeudi avec Zaïnaba Saïd Anzum et Stéphane Troussel, pour remettre une dizaine d’ordinateurs à des collégien·ne·s qui n’en disposaient pas.

Récupérés dans des établissements où ils ne servaient plus, ces ordinateurs ont été confiés dans un premier temps à des étudiant·e·s des filières professionnelles de l’environnement au Lycée Jean-Pierre Timbaud à Aubervilliers, afin qu’elles et ils remettent à neuf ce matériel tout en se formant au reconditionnement d’équipements numériques. Un engagement pour améliorer le recyclage et pour la transition écologique

A cette occasion, les étudiant·e·s ont ainsi pu expliquer aux collégien·ne·s comment utiliser ce matériel que le Département leur confie jusqu’à leur départ du collège !

« Sous plan », un film sur le cyberharcèlement et la prostitution des mineur-e-s réalisé par des lycén-ne-s d’Epinay-sur-Seine

Vendredi 18 novembre j’ai assisté à l’avant première du court métrage « sous plan ». « Sous plan » est un projet de lycéen-ne-s d’Epinay-sur-Seine de 2 ans pour alerter sur les questions de cyber-harcèlement et sur la prostitution des mineurs. C’est une véritable prouesse qu’ont réalisés ces jeunes et leurs professeurs accompagnés par l’association « je suis l’autre » et parrainé par Camille Cottin pour cette production juste et réaliste. Le sujet de la prostitution des mineur.e.s n’est pas un sujet simple et il ne peut être traité avec simplisme.

Capture d’écran du court-métrage Plan Sous

Selon une étude menée en novembre 2021 par l’observatoire des violences faites aux femmes, 99 % des mineurs victimes de prostitution ont d’abord été victimes de violences avant l’entrée dans la prostitution.

Qu’ils s’agissent de violences sexuelles au sein ou non de la famille, de tentative ou de viol, de violence intra-familiale ou conjugale… on s’aperçoit que c’est bien un processus de violence qui conduit à la prostitution des mineurs.

Ces violences sont d’autant plus importantes qu’elles sont très peu reconnues par la justice. Ainsi, avant l’entrée en prostitution, parmi les mineures ayant signalé à la justice ou aux forces de l’ordre les violences subies, seule 1 sur 5 a vu le ou les auteurs des violences condamnés. Et seulement 1 cas sur 10, les auteurs de violences au sein de la famille sont condamnés. Pour ce qui concerne les violences conjugales, sur 1/3 des femmes qui les dénoncent à la justice, seulement 1 cas sur 2 donne lieu à une condamnation et/ou décision de protection (ordonnance de protection).

A cette situation de violence physique, nous pourrions ajouter un parcours de violences et d’échec scolaire.

Toujours selon l’étude de l’observatoire des violences faites aux femmes, 6 filles sur 10 sont ou ont été déscolarisées avant ou au moment de l’entrée dans la prostitution. Et 4 mineures sur 10 ont subi du harcèlement scolaire, de cyber harcèlement.

Ainsi ces femmes sont toutes majoritairement en situation de vulnérabilité au moment d’entrer dans la prostitution.

On le voit la prostitution ne résulte pas d’un choix éclairé. Aucune mineure ne « se livre », avec toute la connotation volontaire que ce mot peut avoir, à la prostitution. La prostitution est un acte qui résulte des rapports de domination, très majoritairement, des hommes sur les femmes qui traversent notre société. La prostitution est, avant tout, un acte d’appropriation du corps des femmes par les hommes qui s’inscrit complètement dans la logique patriarcale.

Je le dis volontairement dès le début de mon propos car au même titre que le problème relève d’un modèle de société de violences et dont les femmes, et particulièrement les jeunes femmes, sont les premières victimes, la réponse doit être à la même hauteur.

La prostitution des mineures n’est pas un fait marginal. 6 000 à 10 000 mineures se retrouveraient en situation de prostitution en France, principalement des femmes de 13 à 16 ans. Et 89 % de ces femmes veulent sortir de la prostitution.

Ce modèle de société on le voit à travers l’utilisation des réseaux sociaux Il y a naturellement l’utilisation de Snapochat ou d’instagram, outil privilégié de repérage des victimes par les proxénètes tout comme pour la mise en relation avec les clients prostitueurs. Mais il me semble essentiel également d’évoquer l’explosion de l’utilisation de la plateforme OnlyFans en 2020. Cette plateforme payante permet la publication par les abonnées de photo et vidéo érotiques. Ce type de plateforme inscrit une fois de plus l’idée qu’il est normal de payer pour avoir accès au corps des femmes. Le corps des femmes est une marchandise qu’on achète.

Cela participe à la dévalorisation et à l’humiliation de la femme, technique si régulièrement utilisé par les agresseurs eux même pour amener à la prostitution.

Loin de cette prise de conscience, nous assistons aujourd’hui dans la société à une inversion de la culpabilisation. Faisant reposer la faute sur les femmes, sur les victimes. C’est le concept ainsi de Michetonnage qui s’instaure avec comme principe « C’est ton comportement qui me pousse à réagir comme ça ». Il faut dénoncer ce concept et la peur qu’il engendre chez les victimes pour qu’elles ne parlent pas.

La prostitution des mineures n’est pas un simple fait de société. C’est un phénomène de société complexe qu’il nous faut étudier et analyser afin de mieux le prévenir.

C’est dans ce sens que l’observatoire des violences faites aux femmes avec le soutien du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, a produit 3 études sur ce sujet. Une en 2019, en 2020 et en 2021. Avec ces études l’objectif était clair : « Mieux comprendre pour mieux protéger » ; identifier les facteurs de risques prostitutionnels pour mieux prévenir.

Ces études ont également permis de produire à l’usage des professionnel.les un guide intitulé «  La prostitution est une violence. Les jeunes sont en danger, vous pouvez agir ». Ce guide continue à être diffusé dans le département auprès des agents de l’aide sociale à l’enfance, d’autres professionnelles et des familles pour sensibiliser à ce sujet.

Des journées de sensibilisations ont eu lieu comme celle de novembre dernier à l’occasion de la 17e Rencontre Femmes du Monde en Seine-Saint-Senis ; et d’autres sont déjà programmées comme celle par exemple du 22 novembre prochain en lien avec le centre Hubertine Auclert.

Afin de nous adresser directement aux jeunes sur ce sujet un outil, à l’image du violentomètre, est en cours de création en ce moment.

Et parce qu’en plus de prévenir, il faut également accompagner pour sortir ces jeunes femmes de la prostitution, le Conseil départemental participe également au financement de LAO, le lieu d’accueil et d’Orientation, qui se situe à Bagnolet et qui accueille les mineures victimes de prostitution.

On le voit, cette question de la prostitution des mineures est intimement liée à la vision qu’à la société de la place de la femme. Il nous faut créer les conditions d’une véritable révolution culturelle reposant sur l’égalité de l’ensemble des êtres pour éteindre durablement ce fléau. Comme le disait Léonard de Vinci « il n’est pas point de repos sans égalité » alors continuons !

Retrouvez les articles concernant ce film ci-dessous

https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/prostitution-des-mineurs-dans-un-court-metrage-choc-des-lyceens-donnent-la-replique-a-camille-cottin-21-11-2022-ENDHV625H5AGFBETWDCH6EP53M.php?fbclid=IwAR2cJC4P6eDPKlVhwNf8rIyCLSa2MUKSTY1A4BaQOpGslRr7y1rSmUjIQa0

Lycée Feyder en sureffectif en STMG

Dès la mi-septembre les lycées Jacques Brel de la Courneuve, Jean-Renoir de Bondy et Feyder d’Epinay étaient en grève pour dénoncer la situation les sureffectifs en séries technologiques STMG. Une centaine de personnes enseignant.es, de parents d’élèves FCPE et des élu·e·s étaient présents. Ainsi le Lycée Feyder compte en moyenne 31,40 par classe en premières et 29,07 pour les terminales, le jour de la rentrée.

Cette situation est la même au Lycée Jacques Brel, La Courneuve, et au Lycée Jean Renoir à Bondy.

Face à cette situation les équipes enseignantes comme les parents d’élèves réclament l’ouverture d’une 5e classe de STMG supplémentaire pour permettre le retour à 24 élèves par classe.

Une nouvelle division en 1STMG n’est pas dans les circonstances actuelles un confort mais une nécessité. Aujourd’hui, au lycée Feyder la salle informatique n’est pas assez grande pour accueillir de tel effectif par classe de 1ère STMG! L’ensemble des élèves ne peuvent pas s’assoir durant cette heure de cours.

De plus, la création d’une classe supplémentaire permettrait de résoudre les problèmes de sureffectifs au lycée Feyder, comme celui des élèves non affectés ou en sureffectif ailleurs.

Nous avons indiqué que, en l’absence de réponse satisfaisante, nous étions prêts à relancer un mouvement social le 1er octobre,

Pour apporter notre soutien à cette revendication d’une classe supplémentaire de STMG, nous avons écrit un courrier signé de Fabien Gay, Sénateur, Soumya Bourouaha, députée, Didier Mignot, conseiller régional et moi même comme conseillère départementale.

En l’absence pour l’heure d’une réponse du rectorat, nous resterons mobilisés pour exiger que l’État crée les conditions de toutes et tous sur notre territoire !

Vous trouverez le courrier ci-dessous :

Soutien à la ligue de l’enseignement pour l’organisation des colonies apprenantes

.Avec le Bel été solidaire et olympique 2022, le département se mobilise pour offrir aux habitants de la Seine-Saint-Denis un temps de respiration lors de la période estivale. Placé sous le signe de la solidarité, de l’olympisme et de l’éco-responsabilité, ce programme d’ensemble mêle des activités d’accompagnement social et une programmation grand public autour de l’art, du sport et des loisirs pour accompagner l’arrivée prochaine des JOP.

Le Bel été 2022 permet, ainsi, à des jeunes et à des enfants n’ayant pas pu partir en vacances de profiter de séjours à la montagne, à la mer et à la campagne. 

Le Département s’inscrit pour cela dans le cadre du dispositif des « vacances apprenantes » de l’État par lequel ce dernier cofinance des partenaires pour l’organisation de séjours mêlant loisirs et temps d’apprentissage. 

Ceci se traduit cette année par le soutien aux activités de la Ligue de l’enseignement qui organisera 335 départs durant l’été pour des enfants et des adolescents orientés par l’aide sociale à l’enfance et par le service social départemental. Ce soutien permet de rendre ces séjours gratuits pour les enfants et les jeunes qui y participeront.

Ces jeunes pourront ainsi profiter de séjours labellisés « colonies apprenantes » aux thématiques très variées: arts, apprentissage de la nage, initiation à la voile, à l’équitation, à la spéléologie… 

Ils concernent les enfants et jeunes de 6 à 17 ans, réunis par classe d’âge, et présentent une répartition équilibrée entre enfants et adolescents. En soutenant la Ligue de l’enseignement pour ces activités, le Département fait donc le choix de séjours équilibrés et adaptés pour réussir au mieux la prise en charge de chaque enfant.

Rénovation-extension du collège Alfred Sisley : Objectif 2023

Le 19 juillet, nous nous sommes rendu avec Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine Saint Denis et Mohamed Gnabaly, maire de l’Île Saint Denis sur le chantier du collège Alfred Sisley à l’île Saint Denis pour faire un point d’étape sur l’extension et la rénovation de cet établissement.

👨‍👩‍👦Cette rénovation-extension est une nécessité pour faire face à l’augmentation démographique de ce territoire

🏫C’est également une action essentielle pour continuer d’accueillir dans de bonnes conditions les élèves et travailler ainsi à la réussite de toutes et tous.

🌳C’est aussi l’occasion de poursuivre notre combat contre le réchauffement climatique avec la création d’une cours oasis, végétalisées qui contribuera à rendre les cours plus agréables mais aussi plus faciles à vivre pour les élèves, notamment en cas de fortes de fortes chaleurs.

🏗 La livraison des travaux est prévue pour septembre 2023.

Vous pouvez trouver le document de présentation de ce futur collège ci-dessous:

« Chèque réussite » : un chèque de 200 euros pour l’entrée en 6ème

À partir du 20 juin 2022, il est possible de faire sa demande du chèque réussite, l’aide de 200 € destinée aux élèves entrant en 6e dans un collège public de la Seine-Saint-Denis pour acheter des fournitures scolaires.

Pour accompagner l’entrée en 6e, le Département propose un chèque réussite.

Qu’est-ce que c’est ?
Le chèque réussite est une aide de 200 €, sous forme de bons d’achat (2 bons de 40 euros, 4 bons de 20 euros et 4 bons de 10 euros).

Pour qui ?
Le chèque réussite est destiné aux élèves entrant en 6e dans un collège public de la Seine-Saint-Denis et habitant dans le département.

Comment faire la demande ?
Pour faire la demande, c’est simple :


N’hésitez pas à remplir ce formulaire en cas de problème


Créer un compte parents* puis faire la demande pour l’enfant concerné en joignant un justificatif de domicile**.

Quand ?
Les demandes pour l’année scolaire 2022-2023 sont possibles à partir du 20 juin et jusqu’au 30 septembre 2022.

Fin août, début septembre, après vérification du justificatif de domicile et de l’inscription en 6e dans un collège public de la Seine-Saint-Denis, le chèque réussite sera envoyé par courrier au domicile.

Pour acheter quoi ? Où ? Jusque quand ?
Le chèque réussite est réservé à l’achat de biens scolaires, c’est-à-dire des fournitures, des livres, des équipements numériques et culturels.
Les bons d’achats sont acceptés dans les commerces partenaires jusqu’au 5 décembre 2022.

La liste des commerçants partenaires sera disponible sur le site web de chèque réussite.

* Parents ou tuteur légal de l’enfant.
** Sont considérés comme justificatif de domicile : facture d’eau, d’électricité, de gaz ou de téléphone (y compris de téléphone mobile), quittance d’assurance (incendie, risques locatifs ou responsabilité civile) pour le logement, titre de propriété ou quittance de loyer (datés de moins d’un an).

Le bel été solidaire 2022

L’été est là mais pour de trop nombreux habitant.e.s de notre département, confronté-e-s aux difficultés économiques et sociales conjuguées à l’inflation, l’heure n’est pas au départ en vacances.

Le Bel Eté Solidaire et Olympique offre aux familles, aux jeunes, aux seniors, l’occasion de découvrir une multitude d’activités gratuites dans les parcs départementaux, le long des canaux ou à deux pas de chez vous tout au long de l’été.

A deux ans des Jeux Olympiques et Paralympiques JOP 2024, le Bel Eté Solidaire et Olympique déploie une très riche programmation sportive et artistique sur tout le territoire pour se détendre, partager des activités ludiques en famille ou entre amis et faire briller les yeux des petits comme des grands.

Ce dispositif estival du Département sur tout le territoire, mis en place à l’été 2020, alors que les effets économiques dévastateurs de la pandémie faisaient rage, porte en effet haut et fort les couleurs que nous  défendons dans la perspective des JOP : solidarité, respect et inclusion.

Tous les services départementaux et tous nos partenaires impliqués dans la programmation ont déployé des trésors d’imagination pour que la fête soit belle et qu’elle dure tout l’été. Nous les en remercions très chaleureusement. Bel été à vous !


Par Dominique Dellac – Vice présidente au Patrimoine et à l’enseignement artistique

2022, Avec Nous : Discutons en ensemble le 23 mars

Les 10 et 24 avril prochains aura lieu l’élection présidentielle. Qu’en pensent les jeunes de Seine-Saint-Denis, au-delà des clichés qui leur sont si souvent renvoyés ? Quelles priorités souhaiteraient-ils/elles voir au cœur des débats ? Quelle est leur vision de la France et de son avenir ? Comment mobiliser les Françaises et Français pour aller voter ?

Pendant plusieurs semaines, le Département de la Seine-Saint-Denis a été à la rencontre de plus de 100 jeunes de notre territoire et leur a donné la parole. Nous avons pris le temps de l’écoute et de l’échange, pour connaître leurs préoccupations et leurs aspirations pour notre pays.

Le 23 mars prochain, nous vous proposons de venir écouter cette parole, restituée dans un film-enquête, et d’en débattre ensemble lors d’une grande soirée ouverte à toutes et tous.

A l’issue de cette soirée le Département interpellera l’ensemble des candidats et candidates à l’élection présidentielle sur les grands enjeux pour notre pays et qui comptent pour les habitantes et habitants de la Seine-Saint-Denis !

Rendez-vous le

mercredi 23 mars à 18h30
L’Usine – 379 Av. du Président Wilson 93210 Saint-Denis